Avant de pouvoir faire une offre, Connectez-vous ou Créez votre compte gratuit.

Désolés, ce lot est fermé !

Victor Hugo - Le Dernier Jour d'un Condamné - 1829

Victor Hugo - Le Dernier Jour d'un Condamné - 1829

Description
Victor Hugo - Le Dernier Jour d'un Condamné - 1829
Littérature - Quantité : 1 - Livre

Exemplaire de l'édition originale, parue sans nom d'auteur, chez Gosselin, de ce réquisitoire contre la peine de mort. L'un des premiers textes de Victor Hugo.

Bien complet de la grande planche repliée avec la chanson en argot qui manque souvent.

Exemplaire établi dans une belle reliure d'époque en demi-veau, dos à faux nerfs orné aux fins fers dorés. Tranches jaspées. Reliure en bonne condition hormis un léger accroc en coiffe de queue. Rousseurs sur les pages (comme souvent). Nom d'auteur ajouté à l'encre à l'époque sur le titre. Dans l'ensemble en bon état.

Ce roman se présente comme le journal d'un condamné à mort écrit durant les vingt-quatre dernières heures de son existence dans lequel il raconte ce qu'il a vécu depuis le début de son procès jusqu'au moment de son exécution, soit environ cinq semaines de sa vie. Ce récit, long monologue intérieur, est entrecoupé de réflexions angoissées et de souvenirs de son autre vie, la « vie d’avant ». Le lecteur ne connaît ni le nom de cet homme, ni ce qu'il a fait pour être condamné, mis à part la phrase : « moi, misérable qui ai commis un véritable crime, qui ai versé du sang ! ». L’œuvre se présente comme un témoignage brut, à la fois sur l’angoisse du condamné à mort et ses dernières pensées, les souffrances quotidiennes morales et physiques qu'il subit et sur les conditions de vie des prisonniers, par exemple dans la scène du ferrage des forçats. Il exprime ses sentiments sur sa vie antérieure et ses états d’âme.

Dès le 3 février 1829, Jules Janin critique l’œuvre dans La Quotidienne, la présentant comme une longue agonie de 300 pages et ne lui reconnaît aucune efficacité comme plaidoyer contre la peine de mort sous prétexte qu'« un drame ne prouve rien ».

Désiré Nisard parle d’une œuvre inutile qui n’a pas fait avancer la cause qu’elle défend « la question (de la peine de mort) a-t-elle fait un pas de plus vers sa solution (…) Je ne le pense pas » et lui reproche ses gratuites horreurs.

Cependant d’autres auteurs prennent sa défense. Sainte-Beuve écrit : « Jamais les fibres les plus déliées et les plus vibrantes de l’âme n’ont été à ce point mises à nu et à relief ; c’est comme une dissection à vif sur le cerveau d’un condamné » et Alfred de Vigny dans sa lettre du 9 février 1829, précise « C’est partout vous, toujours la couleur éclatante, toujours l’émotion profonde, toujours l’expression vraie pleinement satisfaisante, la poésie toujours. ». Ils reconnaissent à l’œuvre sa valeur de plaidoyer et sa puissance romantique. Gustave Vapereau, dans son Dictionnaire universel des contemporains, signale que l’œuvre fut finalement reconnue pour « la force de la pensée et la profondeur de l’analyse ».

Victor Hugo

Le Dernier Jour d'un Condamné

Paris, Charles Gosselin, Hector Bossange, 1829

259pp. (1)

in-12 de 17.5 x 10 cm

Informations du lot
Object
Livre
Nombre de livres
1
Sujet
Littérature
Auteur/ Illustrateur
Victor Hugo
Titre du livre
Le Dernier Jour d'un Condamné
État
Bon état
Année de publication de l’ouvrage le plus ancien
1829
Édition
1ère édition
Langue
Français
Langue originale
Oui
Nombre de pages
259
Dimensions
17.5×10 cm
Pas encore inscrit(e) ?
Créez gratuitement un compte et découvrez chaque semaine 65 000 objets d'exception proposés en vente.
ou